Bibliographie

« Les frontières dans les relations humaines »

Comment être à la fois séparé et relié?

Parce que les limites protègent et les murs isolent, comment pouvoir être en lien avec l’autre sans s’oublier? En perte ou en excès, le modèle des frontières d’Anné Linden représente la séparation et l’union dans les relations, de l’isolement à la fusion. Pour la présenter succintement, Anné Linden est la fondatrice et la directrice du premier Institut de PNL au monde, le NYTI/PNL (New York Training Institute for NLP) à Manhattan.

A travers ce livre, elle donne la définition de plusieurs modèles de communication qui permettent à chacun de se situer et de se connecter aux autres en se respectant. Sa vision de l’estime de soi en est un prolongement.

Elle outille le lecteur par l’interprétation des messages des émotions universelles appropriées ou inappropriées. Les émotions nous invitant à notre évolution constante. Enfin, un passage sur les 3 principes pour changer selon Milton Erickson, éclaire les capacités de l’humain.

Il s’agit d’un livre dans la lignée de la pratique de l’hypnose éricksonienne et à la croisée avec la pratique de la PNL.

Première page du livre "les frontières dans les relations humaines"

« Découvrir un sens à sa vie »

La vie a toujours un sens…

Viktor E. Frankl (1905-1997) était psychiatre pendant la seconde guerre mondiale. Il a vécu en camp de concentration et a perdu ses proches. Aux limites de cette expérience extrême en ressort une incroyable compréhension de l’humanité à travers l’histoire des détenus à ses côtés. Même dans les circonstances les plus pénibles, la vie porte un sens. Un véritable « oui » à la vie illuminant l’écoute de sa propre intériorité tournée vers le monde extérieur. Cette œuvre révèle ce dont l’humain a besoin par la poursuite d’un but valable. Un besoin de réaliser une mission librement choisie en respectant ses valeurs et sa dignité par le moyen de s’en rendre responsable. Évoqué comme un des livres les plus influents sur la dynamique individuelle, l’auteur donne à chacun pour mission de mener à bien une tâche concrète qui lui est propre tout comme sa façon de la réaliser.

La vie humaine ne cesse jamais d’avoir un sens, quelles que soient les circonstances. Ce sens infini est porté tour à tour par l’amour pour l’autre, les espérances, la mémoire du passé, l’entraide dans la difficulté ou la simple appréciation de petites choses qui forment un tout.

Première page du livre "Découvrir un sens à sa vie"

« Essai d’exploration de l’inconscient »

Synthèse de l’expérience de C.G. Jung.

A la manière d’une confession au grand public, il s’agit du dernier livre assez dogmatique de Carl G. Jung (psychanalyste, 1875-1961) dans lequel il exprime ses convictions et études sur les inconscients individuel et collectif. L’inconscient est présenté comme le plus puissant levier de l’homme. Autrefois synchronisé avec le conscient, il serait l’oublié d’une dépersonnalisation inhérente à la société moderne qui serait elle-même détachée de l’inconscient collectif. Par les expressions compensatrices dans les rêves et les symboles spécifiques, l’Homme recouvre à sa complétude par la notion de « numinosité » comme seule véritable thérapie.

Sans être évoqué directement, le lien avec le langage métaphorique est tout indiqué. L’auteur rappelle l’importance de considérer que chaque personne est unique et nouveau en tant que thérapeute dans sa vision du monde.

Dans cet essai, il présente la notion d’archétypes ancestraux intergénérationnels qui lui a valu d’être tant décrié par la communauté scientifique de son vivant, et aujourd’hui revisité pour des applications de développement personnel ou dans la gestion de ressources humaines.